Accueil Phy On n’a pas de bébé mais nous aussi on sait où est notre périnée !
Phy

On n’a pas de bébé mais nous aussi on sait où est notre périnée !

Le périnée, un hamac à protéger

 

Enfin un sujet dont vous ne devez plus vous exclure ! Enfin un sujet que vous pouvez partager avec les heureuses mamans (voir l’article Malgré la jalousie, je demeure une amie dans la catégorie « Psy »).

Et surtout, un sujet essentiel. Dont on parle peu alors qu’il mérite toute notre attention.

Le périnée : Hein ? Quoi ? Où ? À quoi ça sert ?

Quoi ?

Bon, commençons par une définition anatomique : le périnée est formé de couches de muscles, de ligaments et de membranes.

Le terme vient du latin « perineum » qui signifie « autour des voies évacuatrices ». En effet, le périnée est naturellement percé de trois petits trous communiquant avec le vagin, l’urètre (le pipi de roses) et l’anus (le caca de fleurs et les prouts de paillettes… on est des fées non ?).

On parle de plancher pelvien. Par sa forme et son utilité, on évoque joliment l’image du hamac. Un hamac est un cocon de calme et de sérénité.

Alors il faut en prendre soin, que vous soyez maman ou non.

Où ?

Alors c’est où… euh…en bas ! Entre le pubis et le coccyx.

Une petite image parlera mieux :photo périnée

Pour le ressentir, lorsque vous êtes aux toilettes essayez tout simplement de stopper le flot de votre urine en imaginant que vous resserrez les cordons d’une bourse autour du trou de l’urètre. Attention, il ne faut pas le faire tout le temps, une urine qui stagne génère des infections !

À quoi ça sert ?

Le périnée est extrêmement utile puisque sans ce filet de secours, c’est la débandade là-dedans. En effet, cette satanée gravité de Newton ne fait pas que tomber les pommes, les seins et parfois les fesses, nos organes génitaux sont également attirés vers le bas ! Sauf qu’en bas, je vous le rappelle, y’a des portes de sortie !

Imaginer un hamac avec des trous, laissant passer un petit bout de gras des fesses… ou pire, un hamac qui se déchire et vous vous retrouvez par terre !

Dans le cas d’un hamac fragile, la fuite la plus courante est celle de l’urine.

Une petite toux style trachéite ? Un éternuement ? Un fou rire ? Une envie de faire du trampoline ? Et voilà, les petites gouttes qui gâchent la fête (enfin, la toux c’est pas une fête… ) et quand le périnée est encore plus abîmé, un simple jogging peut humidifier une culotte. Le sujet reçoit peu d’attention, pourtant les ventes de protection urinaires s’envolent… c’est bien qu’il y a un marché. Mais c’est un sujet tabou, comme tout ce qui touche à cette zone d’ailleurs (Voir l’article : Et les fées dans tout ça ? : Le féminin sacré dans la catégorie « Psy »).

Pourtant, la situation peut se dégrader et devenir cauchemardesque : vous pouvez littéralement sentir vos organes glisser hors de vous. Cette mésaventure porte le joli nom de prolapsus. Rien à voir avec un mot qui vous échappe, mais juste pour la culture le terme « lapsus » vient du latin et signifie glissade. Personnellement, mon lapsus préféré est celui d’une présentatrice de journal télévisé belge annonçant que le roi Albert II avait été opéré d’une fracture du col de l’utérus au lieu de parler du col du fémur (juillet 2007, Madame Fontana à la RTBF).

Donc, pour en revenir à notre « glissade d’organes », lorsque le périnée est ramollo comme un marshmallow, on peut observer la descente de l’utérus, de la vessie et parfois même du rectum. Et ce n’est pas rare. Plus de 10% des femmes se font opérer pour remettre tout ça à sa place (pour plus d’infos : https://www.doctissimo.fr/html/dossiers/descente-organes/8040-prolapsus-descentes-organes-essentiel.htm)

Même si vous n’avez pas été enceinte, cela peut vous arriver. Si, si ! (Youpi !). Le port de charges lourdes, le sport – notamment avec contact répété au sol –, une prise de poids relativement rapide et plus tard la ménopause sont autant d’atteintes à la bonne santé de votre périnée. Une chute sur le coccyx peut également avoir un rôle sur l’hypotonie du périnée à cause de ses répercussions sur l’articulation entre le coccyx et le sacrum. En réalité, toutes les douleurs musculaires de la colonne (même cervicales) génèrent des tensions qui à leur tour peuvent distendre le périnée.

Par ailleurs, lorsque votre plexus solaire est contracté parce que vous êtes en plein protocole PMA et que vous êtes angoissée, vous bloquez votre respiration et cela a un impact sur le tissu de votre hamac. En effet, le diaphragme est relié au périnée par des tissus conjonctifs. Les muscles du périnée et ceux du ventre travaillent de concert. À l’inspiration, le diaphragme s’abaisse en se contractant, dans un mouvement harmonieux, le périnée s’abaisse également et pour cela, il doit se détendre.

Enfin, il est important de garder à l’esprit que votre corps est un tout. Une fatigue générale va également avoir des conséquences sur votre périnée. Une bonne digestion est primordiale. Dans son ouvrage, le cahier du Féminin sacré, Maeva Morin rappelle que le périnée « enrobe les organes de l’élimination. Une alimentation saine favorisant les fruits et les légumes facilite l’élimination. » (voir l’article L’alimentation des bons petits plats pour le corps, l’embryon et l’esprit dans la catégorie « Phy »)

Un petit truc qui peut – peut-être – vous rassurer : lors des stimulations dans le cadre d’une PMA, on reçoit des œstrogènes et les œstrogènes favorisent l’élasticité des tissus. Et hop ! Un bon point pour nous les PMAphiles ! (sur l’emploi du terme PMAphiles, voir l’article : C’est quoi une femme qui a des rêves d’enfant en attente ? dans la catégorie « Jeux de mots sur nos maux »).

En outre, le périnée participe au bon maintien de votre posture. C’est essentiel votre posture pour trois raisons (certaines sont peut-être moins valables que les autres, à vous de voir … ) : on est beaucoup plus jolies lorsqu’on se tient droites. De plus, on s’affirme davantage, on est plus écoutées, on rayonne. Enfin, un bon positionnement corporel évite les douleurs dans le bas du dos. En PMA, pour de nombreuses raisons, notre corps souffre et le dos n’est pas épargné (voir l’article Quand notre corps nous joue des tours dans la catégorie « Phy »).

Apprivoiser et rééduquer son périnée

On parle de le tonifier, de le muscler. Ce renforcement musculaire ne se pratique pas dans une salle de sport (y’a pas encore de cours collectifs dans les grandes enseignes de sport en tout cas ……).

Ce travail peut être fait à l’aide de séances chez le kinésithérapeute (prescrites par le médecin généraliste) ou la sage-femme tout comme il peut être réalisé à la maison. Mais si vous avez du mal à situer votre périnée, envisagez de consulter une spécialiste avant toute chose.

Quand vous êtes consciente de la localisation de votre périnée, vous pouvez aller voir les vidéos très claires et didactiques de la kinésithérapeute Elodie Poissenot,  (contractions longues) et  (contractions courtes). Et quand vous serez enceintes, n’hésitez pas à consulter son site c’est une mine d’informations et Élodie est une jeune femme dynamique, moderne et souriante. 

Vous pouvez donc faire votre gym dans la voiture, sur votre vélo (au feu), en pleine réunion (si elle est ennuyeuse). Personnellement, tous les matins, j’allie ces exercices à un temps d’affirmations (voir l’article J’affirme ! Je m’affirme ! Les bienfaits des affirmations positives dans la catégorie « Psy »). Je peux vous envoyer un audio spécifique si vous le souhaitez, n’hésitez pas à m’en faire la demande par mail. J’en profite pour faire une respiration thoracique inversée (voir l’article Sport et PMA : une bonne idée ? dans la catégorie « Phy »).

Il existe également une autre technique intéressante : le travail sur les sons. En effet, un peu plus haut, je vous expliquais que le périnée et le souffle fonctionnent ensemble. Le son « Aaaa » dilate le périnée tandis que les sons comme « hop, fit, flot, yeuk » si vous les prononcez avec force font travailler, par réflexe, les muscles de l’expiration (conseils de Sarah, article « muscler son périnée : le diaphragme, grand allié de votre respiration, mai 2019, site ergobaby).

Enfin, pour prendre soin de la tonicité de votre périnée, vous pouvez utiliser les boules de geisha et les œufs de yoni dont on parle de manière croissante dans les sociétés occidentales. Ce sont de petits œufs conçus dans une pierre noble. Déposés au cœur de votre vagin, ils travaillent la zone musculairement, mais aussi énergétiquement. L’avantage réside dans l’association des bienfaits du poids de la pierre (comme pour les boules de geisha) avec de la lithothérapie (soigner à l’aide de cristaux). Sa pratique traditionnelle viendrait de Chine (je sais bien qu’à l’heure du Covid19 ce n’est pas une information rassurante, mais bon, la Chine demeure une terre de savoirs sur notre relation au corps).

Vous seules savez si c’est une pratique envisageable pour vous, je ne fais que la présenter. Pour vous faire votre idée, lisez l’article du magazine Top Santé et celui du magazine Elle que je trouve sympathique. 

Attention toutefois, hors de question de faire du culturisme de vos muscles périnéaux, car il convient de ne pas trop les contracter. Certaines femmes ont un périnée hypertonique, presque bloqué et incapable d’accueillir l’autre et le plaisir. On parle alors de vaginisme qui est un spasme involontaire des muscles périnéaux empêchant toute relation sexuelle.

Donc retenez qu’un périnée doit être flexible et non rigide et que, dans cet objectif, travaillez avec lui et apprenez à le découvrir et à le connaître (je sais on dirait que je parle d’une personne à part entière, mais l’idée ici est de la lui redonner une place à part entière).

Périnée, sexe, Féminin sacré et Chakra.

Le périnée, ce n’est pas qu’un filet de protection anti-chute (d’organes je vous rappelle, pas de cheveux !).

Premier point, la qualité périnéale est garante d’une vie sexuelle épanouie, car le périnée ce n’est pas que la sortie, c’est aussi l’entrée. Notre périnée serre de ses petits muscles aimant le pénis de notre homme et ce sont ses muscles qui se contractent au rythme de l’orgasme. On peut d’ailleurs les sentir vibrer à ce moment-là. Peut-être est-ce l’origine de l’expression : « tu me fais vibrer » ?

À contrario, un périnée hypotonique signifie que le vagin est davantage distendu autour du pénis, l’enserre moins et donc les sensations sont moins fortes pour la femme, mais aussi pour l’homme. Lorsque le périnée est tonique et qu’on arrive à le relâcher, on s’offre plus de sensations sexuelles et on peut jouer avec son périnée.

Par ailleurs, si un bébé couette est possible dans votre cas, gardez en tête que les spermatozoïdes sont propulsés par la contraction du périnée (voir l’article Fécondation assistée ou non la rencontre reste un miracle ! dans la catégorie « Phy »).

Deuxième point, comme mentionné dans l’article : Et les fées dans tout ça ? : Le féminin sacré (catégorie « Psy »), une femme divine, une femme sacrée est connectée à son corps et le connaît. Elle connaît donc son périnée et y est reliée. Ce lien à cette partie de vous est primordial, car le périnée représente notre ancrage, notre connexion à la terre. C’est le socle de toute vie. D’ailleurs, l’enlacement des muscles du périnée forme un huit allongé. Le huit allongé évoque le symbole de l’infini. L’infini est sans limites. Éternel. Or, anatomiquement, c’est la porte d’entrée des gamètes mâles. C’est le début, la genèse, le commencement d’une nouvelle vie avec l’idée de renouvellement, de générations qui se suivent dans une histoire sans fin. Je trouve cela troublant. Et beau.

Troisième point, le périnée est connu pour être le réceptacle de nos émotions, de nos vécus. Notre vie, nos amours, nos épreuves (et donc sûrement la PMA), tout cela a un impact sur lui. (voir l’ouvrage de Fanja Randiamanjato, Prendre soin de son périnée à tout âge).

Quatrième point, en sanskrit, yoni est le terme désignant le périnée et travailler son yoni c’est se relier à sa puissance féminine. Le yoni est associé au chakra racine.

La couleur de ce chakra est le rouge.

« J’étais en rouge lorsque j’ai épousé Jo, comme la femme le long de la mer. J’affirmais ainsi non pas mon côté rebelle, mais ma joie de vivre. Le rouge évoquait pour moi la vie, la force, la passion, l’optimisme. Les roses rouges romantiques. La gracieuse rose. Les coquelicots résilients. La peinture de Chagall avec la mariée en rouge portant une cascade de voile blanc. Dans ce tableau, le bouc violoncelliste me faisait marrer et surtout, surtout, j’adorais le bras du marié entourant avec tendresse le visage de l’aimée. » (Le vide de leurs entrailles, R. Héléa)

Un chakra racine équilibré, dont l’énergie circule sereinement signifie confiance, ancrage, stabilité, sécurité. C’est le « Je suis » c’est-à-dire l’affirmation de notre existence. Le lien avec la famille est très clair, mais aussi le lien avec la terre. Et dans de nombreuses traditions, la terre est la mère de toutes choses. D’ailleurs, dans la mythologie grecque, Gaïa est une divinité majeure liée à la déesse-mère.

La fermeture de ce chakra peut être synonyme d’égoïsme et générer dépression et plus précisément le sentiment de passer à côté de votre vie, on note également de l’anémie (et donc manque d’énergie) et des problèmes circulatoires.

Lors du temps que je m’accorde pour prendre soin de mes chakras, j’utilise l’affirmation suivante lors que je centre mon attention sur mon périnée : « je suis vivante, je suis en vie, je suis présente. Ma vie est précieuse et je vais la vivre pleinement. Je suis en sécurité. Je suis en bonne santé. J’ai confiance en la vie. La vie circule en moi et je suis connectée à la terre-mère. » (voir l’article Chakras et PMA : de l’énergie pour donner la vie dans la catégorie « Phy »).

Voilà, c’était un peu long, mais le périnée mérite ce temps.

Voilà tout pour aujourd’hui! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’envoyer un message. Vous pouvez par ailleurs, dans un commentaire, nous parler de vos expériences de visualisation en PMA.

Si vous avez des questions, des commentaires, n’hésitez pas à me contacter.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 
 si vous avez envie de lire un roman au sujet de la PMA, un roman « d’utilité publique » comme le dit une de mes lectrices, le tome 1  de la série Le vide de leurs entrailles est sorti. Il se nomme « Quand on n’a que l’amour ». Vous le trouverez là.

Suivez-moi sur instagram.

Suivez mes aventures d’auteure/autrice sur facebook.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par fivpmadesfees
Charger d'autres écrits dans Phy

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sport et PMA: Une bonne idée?

«  Les trois derniers jours précédant la prise de sang, son rituel avait légèrement changé…