Accueil Phy Sport et PMA: Une bonne idée?
Phy

Sport et PMA: Une bonne idée?

Sport

«  Les trois derniers jours précédant la prise de sang, son rituel avait légèrement changé. Avant que Jo ne se réveille, elle avait glissé ses pieds dans ses chaussons, enfilé son vieux peignoir et s’était dirigée vers la salle de bain. N’allumant la lumière qu’après avoir refermé la porte derrière elle pour ne pas réveiller son homme. Elle avait enclenché le loquet, car elle ne voulait pas qu’il observe son corps déjà changé par les traitements. Ses chairs déformées et meurtries par les hormones, transpirant le vide et la peine.

Ils avaient tiré un trait sur de nombreuses cérémonies heureuses. Il lui semblait loin le temps où il la déshabillait des yeux le matin. Elle s’était ramollie et avait depuis plus de trois ans d’attente, FIV après FIV, transfert après transfert, pris du poids. » Rose Héléa, Le vide de nos entrailles.

Alors voilà, sur les conseils de son amie-médecin, Marie a dû abandonner le karaté.

Une question aussi complexe qu’un rubix’s cube !

Le sport : une question bien complexe qui méritait un article.

Complexe  comme un rubix’s cube : vous bougez une couleur et vous déstabiliser l’ensemble. Une fois encore, tout est question d’harmonie.

Donc complexe pour plusieurs raisons :

-          parce que d’un côté, parfois les kilos s’accumulent comme les moutons de poussière sous un lit (enfin, sous le mien…) : doucement, discrètement, insidieusement… Et parfois le surpoids rôde…

  • pour certaines d’entre nous, la FIV signifie une prise de poids et le manque de confiance en soi qui en résulte. Comme Marie dans l’extrait ci-dessus. L’effet psychologique peut être néfaste et vous empêcher de vivre sereinement les FIV. Vous pourriez même inconsciemment vous en vouloir d’imposer toutes ces hormones à votre corps et donc ce changement de morphologie.

Par ailleurs, la possible vision négative que vous avez de votre corps peut fragiliser votre relation de couple et plus précisément vos activités sexuelles (voir article phy. « Et le sexe dans tout ça » ?)

  • des études scientifiques établissent un lien clair entre l’IMC et la réussite de la FIV. Certaines d’entre vous essayent donc de perdre du poids avant la FIV (votre IMC ne doit pas aller au-delà de 29 pour vous laisser le plus de chance possible). Ne sortez pas vos calculatrices : allez sur le site suivant, il y a un logiciel qui s’en occupe.
  • l’entretien musculaire est essentiel pour éviter que le stress de la PMA ait un impact sur votre posture, sur vos muscles, sur vos os (si, si…) (voir article « Quand le corps nous joue des tours » dans la catégorie « Phy »)

Donc le sport est essentiel… pourtant…

-          … Pourtant d’un autre côté, tous les sports ne sont pas recommandés dans  le cadre d’une FIV.

  • Le sport d’endurance.  L’excellent site fiv.fr  rappelle que « Trop de sport, particulièrement l’activité cardiovasculaire, semble avoir un effet négatif sur la production d’hormones de reproduction ce qui peut affecter votre capacité à concevoir. » Il ne faudrait pas faire plus de quatre heures  de sport par semaine et ce, bien en amont d’un traitement. Chiffres à l’appui et ces derniers sont presque effrayants : 40% de chances en moins d’aboutir à une naissance lorsque vous avez pratiqué plus de quatre heures de sport pendant un à neuf ans avant une FIV, deux fois plus de difficulté d’implantation pour l’embryon et deux fois plus de risque de fausse-couche.

À la lecture de ces données : deux types de réaction. « Merde alors ! » pour les sportives et « je le savais, instinctivement je le savais, c’est pour ça que je n’ai jamais honoré les abonnements à la salle pris en période de rentrée scolaire (après les apéros de l’été)  ou lors des bonnes résolutions du nouvel an (quelle fumisterie ces résolutions !) ».

  • Le sport de contact est plus que déconseillé. J’imagine que vous l’aviez compris toute seule. Donc on range ses gants de boxe, ses crampons de chaussures de foot ou de rugby.
  • La piscine. Ben alors, la piscine ? Pourquoi pas ? Tout le monde dit que c’est doux. Alors deux raisons. Tout d’abord, certains nageurs sont aussi des rageurs et les coups de pied ne sont pas rares.

En outre, une sage-femme m’avait expliqué qu’il était préférable d’éviter le bouillon de culture que représente une piscine. Contrairement à ce qu’elle m’avait dit à l’époque, on n’y attrape pas plus de cystites que ça puisqu’il semblerait que  les infections gynéco ne sont que très rarement dues à l’eau des piscines, mais les germes des mycoses s’éclatent et surfent sur les vagues artificielles tout comme les infections ORL et la légionellose (carrément… )

Avouez que ce serait couillon de tomber malade en plein traitement. Tout d’abord, une infection risque de vous fatiguer alors qu’il convient d’être en forme pendant la PMA et ensuite, enceinte, impossible de se soigner !

 

Bref, il faut diminuer le sport pendant les mois (et oui, le terme est bien au pluriel) précédant la FIV et bien sûr après… Ce qui signifie plusieurs années sans sport (entre les traitements, la merveilleuse grossesse et ensuite la vie de maman).

 

Alors que faire ? C’est cornélien comme histoire…

Déjà écoutez-vous. Et tentez d’autres choses, comme je l’écrivais sur la page d’accueil, la PMA représente une occasion unique d’expérimenter. Rapprochez-vous d’une association de votre quartier (parce que si c’est loin, vous prenez le risque de ne jamais y mettre une basket, n’est pas ?), ils proposent peut-être du Pilates, du Tai-Chi, du Qi-Gong, du Yoga (voir l’article à ce sujet dans la catégorie phy).

Par ailleurs, n’hésitez pas à partager avec votre enseignant votre aventure en PMA afin qu’il sache exactement ce qui est bon pour vous. Parlez-en également à votre médecin traitant qui saura peut-être vous conseiller et bien sûr à votre référent en PMA. Vous pouvez, en outre, demander un suivi kiné. Un kiné saura vous montrer les postures d’entretien musculaire non nocives (en parlant de kiné, n’oubliez pas votre périnée. Voir article dans la catégorie « Phy » intitulé « Nous aussi on sait où est notre périnée ».)

Dans les commentaires, racontez-nous votre expérience d’un nouveau sport.

Voilà tout pour aujourd’hui! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’envoyer un message. Vous pouvez par ailleurs, dans un commentaire, nous parler de vos expériences de visualisation en PMA.

Si vous avez des questions, des commentaires, n’hésitez pas à me contacter.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 
 si vous avez envie de lire un roman au sujet de la PMA, un roman « d’utilité publique » comme le dit une de mes lectrices, le tome 1  de la série Le vide de leurs entrailles est sorti. Il se nomme « Quand on n’a que l’amour ». Vous le trouverez là.

Suivez-moi sur instagram.

Suivez mes aventures d’auteure/autrice sur facebook.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par fivpmadesfees
Charger d'autres écrits dans Phy

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Savoir connaitre son corps et ses manifestations

Maux de tête, douleurs dans le bas du dos, au cou, au genou, à la mâchoire, digestion lent…